Community manager tourisme: des missions très différentes selon l’expérience des acteurs.

Le Community manager tourisme recouvre de nombreuses casquettes. Selon qu’il travaille dans une structure publique de type OT, pour une chaîne d’hébergeurs, en interne ou dans une fonction externalisée, ses missions peuvent se voir très différentes et demander de multiples compétences.
Nous avons tenté de résumer ses missions dans deux univers de responsabilités:

Voyons à qui s’adresse ces missions?
Qui sont ces professionnels du tourisme?

webmarketing jacques tang

Le premier cercle

Hôtels, hôtels club, villages de vacances, résidences de tourisme, camping et autre glamping, gîtes, chambres et tables d’hôtes font partie du premier cercle.
Ils sont rejoints par l’ensemble de leurs revendeurs, tours opérateurs, agences de voyages, groupements, chaînes, etc.
Leur singularité tient à l’origine géographique de leur clientèle: l’éloignement du lieu de décision d’achat et de son lieu de consommation en font des utilisateurs réguliers des outils de communication virtuelle: catalogues, brochures ont été remplacé au fil du temps par des sites internet, blogs, et outils de réservation du web 2.0.
Pour eux, pas de choix, il y a une obligation réelle d’être présent dans l’univers du net.
Si ils veulent exister, ils doivent être pro actifs.
Leur objectif est simple, monétiser leur présence.

Proche d’eux, on retrouve l’ensemble des acteurs publics et para publics: CRT, CDT, OT, et autres structures de mutualisation de moyens sont présents pour porter l’image de de toutes les identités administratives que comptent leur territoire.
Le paradoxe tient dans le fait que plus ils sont prêts de la réalité de leur territoire et des professionnels qui s’y engagent, moins leurs moyens sont importants.
Leurs budgets sont si faméliques, que comparés à ceux de leurs acteurs du tourisme local, ils ne sont la plupart du temps que des intermédiaires de « communication ».

À l’inverse, les CDT et CRT rassemblent plus de moyens. Mais s’éloignant de leur base active, ils ne produisent que peu d’informations discriminantes pour les professionnels de leur territoire. Leurs missions est différente: porter la voix, et les points signifiants de leur territoire respectifs. Seule exception, les OT, OTSI, et autres SEM de destination à forte vocation touristique dont l’implication dans la vie locale est actée, et le tourisme réel vecteur de création de valeur.
Et les représentations de la France, dans tout cela?
Elles existent, mais les organismes sont lointains.
Elles mettent en exergue la qualité des territoires, et en avant la destination France.
Pour le reste, ces actions sont diluées pour les acteurs du tourisme.
De plus, elles auraient tendance à encourager les intermédiaires entre hébergeurs et consommateurs de produits touristiques.
Ce faisant, sans même s’en rendre compte, elles les privent de leur valeur ajoutée à hauteur de 20% de leur activité.

Sur ce seul premier cercle, vous devinez bien qu’un community manager tourisme n’aura pas les mêmes fonctions:

  • proche d’un CM lambda dans les structures sans forte vocation touristique,
  • proche CM béta dans les structures publiques aux directions marketing omniscientes,
  • CM tourisme et acteur professionnel reconnu dans des structures où des retours sont attendus

webmarketing tourisme jacques tang

Le second cercle

Les villes, les sites remarquables, qu’ils soient des lieux de pelerinage ou de visite, des musées, l’ensemble des éléments du patrimoine sont dans un second cercle.
Dans un pays comme la France, l’offre est pléthorique.
Et peu nombreux sont les élus de ce cercle qui monétisent directement leurs éléments de patrimoine.
Les plus fréquentés: la Tour Eiffel, la Seine, Le Mont Saint Michel.

 

e-marketing restaurant jacques tang

Le troisième cercle

Restaurants, bars, vins et vignobles, oenotourisme, randonnée, comme toutes les activités thématiques organisées pour les touristes, telles que remise en forme de type spa, soins esthétiques, et tous les services liés créent un troisième cercle.
Il sont sous la « douche », l’activité économique arrive par le biais des premiers cercles.

A la simple lecture de ces listes, il apparait rapidement que les objectifs de tout ces acteurs sont différents par nature, n’utilisent pas les mêmes canaux de distribution, et ne gèrent pas leur webmarketing de la même manière.

Quels sont les besoins de ces professionnels?

  • Une amélioration de leur visibilité internet
  • Un partage d’informations avec leurs clientèles de consommateurs
  • Une gestion de leur notoriété
  • La recherche de nouvelles clientèles

Ce sont précisément les réponses que leur apportent un Community manager tourisme.

Sa particularité: être une femme, un homme du tourisme!

 

 

Posté dans :

2 commentaires

  1. LAFORGE Didier sur 28 décembre 2012 à 2:56

    Un billet imagé pouvant être mis sous forme d’une carte mentale pour approfondir le sujet.

    • Jacques Tang sur 29 décembre 2012 à 8:58

      Bonne idée, je mets dans les cartons Didier.

Laissez un commentaire





Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.